Bénin
Planification - Aménagement des territoires - Villes durables

Poumon vert Attractif du Marécage de Fifadji (PAMFi) à Cotonou

Association de Gestion Intégrée des Ressources (AGIR) a pour objectif de préserver la biodiversité des marécages, tout en promouvant l'éco-tourisme.

Une initiative de Association de Gestion Intégrée des Ressources (AGIR)

Présentation de l'initiative

Le marécage de Fifadji est l’un des derniers refuges de la biodiversité au cœur de la ville de Cotonou où se joue actuellement l’avenir de plus de 672 000 citadins. Ce marécage appartient au dense réseau hydrographique de Cotonou constitué du lac Nokoué, de la lagune de Cotonou et des extensions marécageuses constitués par les cordons littoraux. Le marécage s’étend actuellement sur 40 hectares de zones non constructibles. Il charrie les eaux pluviales suivant un azimut de 70° depuis Togbin au lac Nokoué (Complexe Est du site Ramsar 1018). Sur les treize (13) arrondissements que compte la ville de Cotonou, le marécage de Fifadji parcourt sept (07) dont le 6è, 7è, 8è, 9è, 10è, 11è et le 13è. Il est important de rappeler que le Marécage de Fifadji héberge encore une biodiversité floristique et faunique aquatique extraordinaire malgré l’emprise humaine liée à l’extension anarchique de la ville. C’est une preuve d’originalité qui confère au marécage de Fifadji, un refuge dont la conservation et la gestion apporteront un regain d’intérêt pour l’emploi vert et le développement auto entretenu de la plus grande métropole du Bénin. C’est pour cela, que le présent projet vise à mettre fin à la prolifération d’activités humaines néfastes telles que le rejet de déchet, la défécation à l’air libre, l’extension des dépotoirs sauvages, le comblement… qui, compromettent dangereusement la survie de cet écosystème au cœur de la cité. Les activités menées depuis janvier 2017 ont permis de mobiliser les riverains pour la préservation et la restauration du reste de la biodiversité inféodée au marécage de Fifadji. Il a été question :
(1) de mobiliser les citoyens pour organiser de façon participative la mise en place des infrastructures de valorisation du potentiel éco touristique du site ;
(2) de dépolluer le marécage et mettre en place un système de recyclage et de transformation des déchets qui atterrissent dans le lac en construisant des unités de méthanisation et de compostage ;
(3) d’aménager une promenade sur 5 km de parcours sportif, pédagogique et culturel avec un système de passerelle intégrant harmonieusement des espèces de plantes d’intérêt patrimonial actuellement en disparition à
Cotonou ;
(4) de développer un circuit éco touristique sur eau qui protège l’habitat naturel des poules d’eau (îlots de Typha ou massettes), de production halieutique en cages flottantes et de promotion des produits du terroir.
(5) d’aménager des aires de repos, de loisirs et de détente sur des quais flottants pour soustraire le marécage de la primitivité sauvage.
Le site sera géré dans une vision d’éco énergie circulaire permettant de créer une dynamique d’autonomie énergétique. Le projet aura pour mérite de faire du marécage de Fifadji, un poumon vert attractif où la nature reprendra progressivement ses droits dans la cité au profit des communautés urbaines et des touristes ouest africains.

Objectif

Transformer le marécage de Fifadji en un pôle de préservation de la biodiversité patrimoniale et d'attraction écotouristique pourvoyeur d'emplois verts durables et de profitS pour la ville

Niveau de réalisation

Etude de faisabilité, diagnostic

Dates du projet

2/12/2017 1/31/2021

Résultats quantitatifs

1 – Inventaire floristique : 24 espèces végétales rangées dans 15 familles (APG IV)
2 – Inventaire faunistique : 7 reptiles, 6 oiseaux, 2 crustacées, 3 espèces de poisson, Une diversité d’insectes, 3 batraciens.
3 – Mobilisation citoyenne : 40 riverains et 10 cadres multi-acteurs ont été mobilisés
4 – Mise en place d’infrastructures pilotes : Installation d’un quai flottant, d’une cage flottante et des unités de régénération piscicoles et de conservation de l’habitat des poules d’eau.
5 – Modélisation du nombre d’emplois verts : 20 – 25 emplois verts à l’hectare soit au moins 800 emplois verts pour 40 hectares d’espace aménagés durant la phase pilote.
6 – Communication et internationalisation : Mairie de Cotonou, Ministère du Cadre de Vie et du Développement Durable, Préfecture de Cotonou, FASPEF (Bénin), ISFADA (France).

Résultats qualitatifs

1 – Amélioration du cadre de vie sur les espaces pilotes ciblés (environ 2 hectares soustraits des immondices et de la primitivité sauvage).
2 – Changement de la visions des communautés urbaines et amélioration de la perception des riverains vis-à-vis des marécages urbains.
3 – Regain d’espoir des jeunes diplômés en quête d’emplois

Financement

Participation citoyenne via la collecte de petites contributions financières sur les réseaux sociaux et la prise de contact directe avec des personnes ressources; bénévolat

A propos
de l'organisation

Association de Gestion Intégrée des Ressources (AGIR)

Site web
Alfred HOUNGNON
Concepteur de Projet de gestion et de Valorisation du vivant
agir.restoration.nature@gmail.com
+229 61077019

L’Association de Gestion Intégrée des Ressources (AGIR) a été créée en 2014 afin de :
– Soutenir l’engagement et la participation des communautés locales à la conservation à long terme
– Œuvrer à l’intégration des ressources locales ou patrimoine local dans le processus du développement local
– Concevoir et exécuter des programmes de recherche sur la biodiversité, la valorisation du vivant et l’amélioration du cadre de vie
– Mobiliser les citoyens dans un creuset d’échange et d’action au service de l’environnement qui nous héberge dans une démarche partenariale gage de pérennité des actions.
La mission d’AGIR est de permettre à la science d’être au service des citoyens pour que les ressources naturelles immédiatement disponibles dans chaque terroir soient identifiées et valorisées convenablement afin que les communautés humaines puissent en tirer aussi longtemps, un maximum de profit. La stratégie de la mobilisation et l’engagement des citoyens permettent de créer une synergie favorable à une forme de conservation et de gestion qui dure aussi longtemps que les communautés subsistent.

Retrouvez les sur
Un projet
en collaboration avec
  • Mairie de Cotonou

    Collectivité territoriale, municipalité

    Site web
    Isidore GNONLONFOUN
    (229) 21321359