Ghana
Agriculture - Alimentation

Régénération naturelle gérée par les agriculteurs (FMNR)

Ce projet mené par "World Vision International Ghana" vise à améliorer la sécurité alimentaire et la résilience des ménages, en particulier les plus vulnérables et leurs familles dans le district de Talensi.

Une initiative de World Vision International Ghana

Présentation de l'initiative

L’approche de régénération naturelle gérée par les agriculteurs (FMNR) de World Vision et sa contribution à l’amélioration de l’agriculture, de l’alimentation et de la restauration en Afrique

Au cours de la dernière décennie, le rythme d’épuisement des ressources naturelles et l’ampleur de la dégradation sont devenus une préoccupation mondiale pour l’environnement et le développement de toutes les parties prenantes. La destruction des ressources forestières est l’un des principaux facteurs de causalité du changement climatique. D’immenses étendues de terres agricoles, de pâturages et de forêts se sont dégradées, entraînant une réduction du volume des précipitations annuelles et, par conséquent, des pénuries alimentaires pour répondre aux besoins d’une population en rapide augmentation. En outre, ce phénomène a entraîné une infertilité des sols, une perte de biodiversité, l’érosion et l’incapacité des sols à maintenir la vie sur les terres, comme le stipule l’objectif n° 15 des objectifs de développement durable (SDG) (Life on Land).
L’approche de la régénération naturelle gérée par les agriculteurs (FMNR) peut contribuer à améliorer l’agriculture, la sécurité alimentaire et la restauration en Afrique : La régénération naturelle gérée par les agriculteurs (FMNR) chez les agriculteurs du Ghana, mais d’autres preuves de World Vision Niger/Mali/Burkina Faso/ Ethiopie/Malawi au fil des ans, démontrent le rôle essentiel des arbres sur les terres agricoles dans la régénération des sols, contribuant à la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages grâce à l’approvisionnement en fruits, noix et légumes, en bois de chauffage et de construction, en fourrage et à la stabilisation des rendements des cultures et à l’amélioration de la sécurité alimentaire face au changement climatique. Les approches de la FMNR sont maintenant largement pratiquées, soit par des initiatives personnelles, soit par des ONG et des initiatives gouvernementales.

 

Objectif

L'objectif du projet FMNR est d'améliorer la sécurité alimentaire et la résilience des ménages, en particulier les plus vulnérables et leurs familles dans le district de Talensi

Niveau de réalisation

Recherche en cours

Dates du projet

10/10/2009 - 13/09/2017

Résultats quantitatifs

La contribution du FMNR II de Talensi est :

– Amélioration de la fertilité des sols : une proportion considérable d’agriculteurs (80 %) estime que la fertilité des sols est en déclin. Suite au taux élevé d’adoption des pratiques d’amélioration des sols introduites par le projet, de nombreux agriculteurs principaux et voisins (un peu plus de 60%) ont observé que la qualité de leurs sols est améliorée

– Améliorer la disponibilité de l’eau : les ménages ont été invités à indiquer si la disponibilité de l’eau a augmenté ou diminué au cours des dix dernières années. Les résultats suggèrent une augmentation marginale en ce qui concerne les observations des ménages sur la disponibilité de l’eau. Dans l’ensemble, très peu de ménages ont indiqué une augmentation de la disponibilité de l’eau (une différence de 1 % par rapport à la base de référence).

– Amélioration de la disponibilité alimentaire : la production de toutes les autres cultures (riz, maïs et légumineuses) a augmenté. Le projet a fourni des semences de maïs améliorées à des agriculteurs sélectionnés, ce qui aurait pu contribuer à une augmentation de la production de maïs (une différence de près de 10 % par rapport à la situation de référence).

– Réduction de la faim dans les ménages : bien que la majorité des ménages (au moment de l’évaluation et de l’enquête de référence) aient déclaré avoir des difficultés à fournir suffisamment de nourriture à la famille, on constate une réduction depuis le début de l’initiative FMNR

– Amélioration des sources de revenus : les résultats de l’enquête auprès des ménages ont montré que la plupart des agriculteurs (près de 70 %) pratiquaient l’élevage comme source de revenus secondaire. Les autres activités secondaires des agriculteurs sont le travail artisanal (10 %), le petit commerce (8 %) et la fabrication de pitos (2 %). En cas de mauvaise saison agricole, les agriculteurs peuvent être assurés d’obtenir des revenus secondaires.

– Amélioration du score de la diversité de l’alimentation des ménages :
la proportion de ménages dans les catégories respectives (grande diversité, diversité moyenne ou faible diversité) est représentée. Alors que le pourcentage de ménages à faible diversité alimentaire a globalement diminué, on constate une augmentation des ménages à forte diversité alimentaire, tant chez les agriculteurs principaux que chez les agriculteurs voisins, par rapport à la situation de référence. Cela suggère que depuis le début du projet, le score de diversité alimentaire des ménages s’est amélioré.

– Amélioration des ressources forestières : avec une augmentation de 20 points de pourcentage par rapport aux valeurs de référence, il est clair que le FMNR II de Talensi a apporté une contribution assez importante aux efforts du gouvernement, des ONG et d’autres initiatives privées pour accroître les ressources forestières dans la région.

Résultats qualitatifs

Partenariats:
Outre l’appropriation locale de l’initiative FMNR, il a également été constaté que le projet a fait de bons efforts pour établir un partenariat avec les services décentralisés et d’autres ONG. Plus précisément, les départements décentralisés légalement mandatés pour la gestion de l’environnement dans le district de Talensi ont participé à la mise en œuvre du projet. La direction de l’agriculture du district (qui dépend du ministère de l’alimentation et de l’agriculture) a dirigé la formation des communautés et les démonstrations pratiques relatives aux bonnes pratiques agronomiques et à la FMNR, l’Institut de recherche forestière (qui dépend du Conseil pour la recherche scientifique et industrielle) a dirigé la mise en place de champs pour l’essai de l’acacia comestible autrichien, le bureau des pompiers du district (sous l’égide du service national des pompiers du Ghana) a dirigé la formation des groupes de pompiers volontaires sur la prévention et la lutte contre les incendies, le centre de conseil aux entreprises (sous l’égide du conseil national des petites industries) a dirigé la formation sur la diversification des moyens de subsistance et la création de groupes d’épargne et l’organisation nationale de gestion des catastrophes a participé à la sélection des communautés bénéficiaires du projet. Les ONG partenaires dans la mise en œuvre des activités du projet comprenaient le CODAC qui a facilité la formulation de règlements régissant les sites de « Tintuug Legbe Tii », le Centre de formation des agriculteurs qui a exposé les agriculteurs à des pratiques agricoles améliorées et enfin MONAR qui a facilité la création de clubs d’enfants sur l’environnement dans les écoles de base. Ces exemples montrent clairement que le projet a forgé un partenariat solide avec les institutions locales et, ce faisant, a exposé les fonctionnaires et les agents de développement communautaire aux avantages de l’initiative FMNR par rapport à l’approche traditionnelle de la plantation d’arbres. Cette stratégie de partenariat avec les institutions publiques locales et les ONG est un bon signe de la durabilité de l’initiative FMNR. Étant donné que le projet a également offert une formation pratique et une exposition aux fonctionnaires et aux organisations privées, on s’attend à ce qu’ils dirigent les efforts visant à étendre l’initiative FMNR à d’autres zones du district

Financement

La première phase du projet a été financée par World Vision Australia (WVA) et la deuxième phase par Computer Share Australia

A propos
de l'organisation

World Vision International Ghana

Site web
Maxwell Amedi
Responsable du programme technique Sécurité alimentaire et résilience
maxwell_amedi@wvi.org
maxwell_amedi@wvi.org

World Vision International Ghana (WVG) est une ONG internationale de secours, d’assistance, de défense et de développement centrée sur l’enfant au Ghana et qui se concentre sur le bien-être des enfants. WVG a commencé à travailler au Ghana en 1979 en menant des interventions intégrées de développement communautaire pour répondre aux besoins des enfants vulnérables par le biais d’un modèle de projet de développement communautaire ciblant les communautés défavorisées. La WVG met actuellement en œuvre des interventions dans les domaines suivants : sécurité alimentaire et résilience, WASH, éducation, santé/alimentation, protection et défense des enfants, en tant que thème transversal axé sur le développement transformationnel, l’aide humanitaire et les situations d’urgence, ainsi que sur les initiatives dans les communautés vulnérables, afin d’assurer une efficacité et un impact maximum

 

Retrouvez les sur
Un projet
en collaboration avec
  • La direction de l'agriculture du district

    Autorités locales et Municipalités

    Mr Akpalu
  • Département de l'agriculture

    Autorités locales et Municipalités

    Talensi