Coalition Océan et Littoral

Couvrant 71 % de la surface du globe, l’océan mondial est un écosystème complexe qui fournit des services essentiels au maintien de la vie sur la Terre.

Organismes membres de la Coalition

Pilotage :

Ocean & Climate Platform, CRPM

Contributeurs :

Fondation Water trek, Tara Expeditions, Nantes Métropole, Pôle Mer Bretagne Atlantique, Conseil des CESER de l’Atlantique, MEDCOP Tanger, CNRS, Région Bretagne

Contexte

Bien qu’il soit un élément-­clé de la machine climatique planétaire, l’océan
a jusqu’ici été relativement absent des discussions sur le changement
climatique. Intégrer l’océan parmi les enjeux et les défis discutés dans le
cadre des négociations climatiques apparaît aujourd’hui, pour l’ensemble
des acteurs réunis au sein de la Coalition pour l’océan et le littoral, comme
une réelle nécessité.

Couvrant 71 % de la surface du globe, l’océan mondial est un écosystème complexe qui fournit des services essentiels au maintien de la vie sur la Terre. Plus de 25 % du CO2 émis chaque année par l’Homme dans l’atmosphère est absorbé par l’océan et il est également le premier fournisseur net d’oxygène de la planète, jouant un rôle tout aussi important que les forêts. L’océan constitue donc le principal poumon de la planète et se trouve au cœur de la machine climatique planétaire. Si l’océan continue à limiter le réchauffement climatique global, depuis plusieurs décennies, la pression anthropique, principalement les émissions de CO2, la surexploitation des ressources et les pollutions, ont dégradé les écosystèmes marins. L’océan risque donc de voir son rôle de régulateur du climat perturbé. Il est donc urgent de maintenir la qualité fonctionnelle des écosystèmes marins et de restaurer ceux qui se dégradent.

La mobilisation de la communauté Océan a permis de rendre visible l’Océan pendant cette COP21 et l’intégration de l’Océan dans l’Accord de Paris et dans l’Agenda de l’Action. Elle a fortement pesé également dans la décision du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de réaliser un rapport spécial relatif au Changement climatique, océans et cryosphère.

D’ailleurs, depuis l’adoption du Protocole de Kyoto le volet «atténuation» de la lutte contre le changement climatique a été largement privilégié alors que le volet «adaptation» était en grande partie laissé de côté, jusqu’à récemment. Depuis 2006 la CRPM se déclare hautement préoccupée par les conséquences du changement climatique sur leurs populations, leurs territoires et leurs économies régionales.

Objectifs

Objectifs principaux

Atténuation : réduire les émissions de GES et préserver les écosystèmes marins
Les écosystèmes marins jouent un rôle essentiel dans la séquestration du carbone.  Les préserver,  en partant des mécanismes naturels, est donc nécessaire ainsi que les gérer de manière efficace.  Les Energies Marines Renouvelables (EMR) et des transports maritimes moins polluants sont également à développer pour une réduction optimale des GES.

Adaptation : développer des stratégies d’adaptation pour les écosystèmes et les populations les plus vulnérables
Les risques et les vulnérabilités liés à l’impact du changement climatique sur l’océan et le littoral sont déjà perceptibles et s’accroissent. Des mesures d’adaptation sont donc nécessaires pour protéger les biens et les personnes les plus vulnérables.

En se basant sur le maintien d’écosystèmes fonctionnels et résilients, la priorité sera donnée à une « bonne » adaptation intégrant les techniques et savoirs traditionnels, la prise en compte de facteurs de stress externes, un système de surveillance et de d’alerte efficace ainsi qu’une bonne coopération internationale.

Science : encourager la recherche et diffuser les connaissances scientifiques sur les interactions entre océan et littoral et climat
La mise en place de stratégies pertinentes et efficaces nécessite de renforcer les connaissances scientifiques et leur intégration par les décideurs politiques et économiques.

A cette fin, il est nécessaire d’étudier le potentiel de régulation climatique de l’océan avant d’insister sur les écosystèmes et la biodiversité marine et la capacité de ces derniers à faire face à ce stress en continuant à assurer leur rôle fonctionnel. Il faudra pour cela allier investissements, observations, capacités techniques et scientifiques ainsi qu’accompagner la réalisation du rapport spécial du GIEC sur l’océan

Financement : flécher des fonds spécifiques pour l’océan
En termes de financement, il convient tout d’abord de maintenir et de veiller à l’atteinte de l’objectif du Fonds Vert, en s’assurant qu’une part de ce dernier soutienne des programmes spécifiques à l’océan et le ilittoral. Il est toutefois important de le compléter par l’engagement de bailleurs bilatéraux, multilatéraux et de financements privés pour dégager des solutions innovantes, efficaces et accessibles.

Objectifs spécifiques

La coalition pousse l’adoption de 9 engagements concrets en faveur de l’océan et du littoral:

  1. Produire pour les décideurs un état de la science sur les enjeux et les mesures appropriées concernant les océans et les changements climatiques, notamment en accompagnant la production du Rapport spécial du GIEC relatif au Changement climatique, océans et cryosphère ;
  2. Considérer l’importance d’écosystèmes sains et fonctionnels face au changement climatique, en accélérant la mise  en  place  d’un  réseau  cohérent  et  résilient  d’aires marines protégées ;
  3.  Reconnaître le rôle des écosystèmes marins et côtiers en tant que puits naturels de carbone;
  4. Développer les énergies marines renouvelables (éolien, hydrolien, énergies marémotrices et houlomotrices), tout en préservant la biodiversité marine ;
  5. Accompagner la transition énergétique du transport maritime, et développer des solutions technologiques innovantes pour des navires plus sûrs et plus respectueux de l’environnement ;
  6. Soutenir prioritairement les mesures d’adaptation pour les régions les plus vulnérables, en particulier les zones côtières des pays en développement (PED), les territoires et les petits États insulaires ;
  7. Renforcer le transfert de technologies vers les pays et les régions océaniques et côtières les plus vulnérables, notamment pour des projets d’adaptation et de préservation des écosystèmes marins ;
  8. Dédier explicitement une part du Fonds Vert aux projets marins et côtiers (protection des mangroves, zones humides et vulnérables dont la capacité de stockage du CO2 est très importante) ;
  9. Mieux articuler la Convention-­cadre des Nations unies sur les changements climatiques avec les accords existants relatifs à l’océan, notamment les « Objectifs du développement durable (ODD) ».

Prochaines étapes des actions de la coalition

D’ici 2018, la coalition veut développer et porter ces engagements communs, et proposer des indicateurs de la tenue de ces engagements, à plusieurs échelles :

Auprès de la CCNUCC :

  • au sein des COP Climat en charge de la mise en œuvre de l’Accord de Paris (en coordination avec Because the Ocean) ;
  • au sein de la Feuille de route pour l’Action globale pour le Changement climatique via les Champion(ne)s du Climat ;
  • auprès des États via les Contributions volontaires déterminées au niveau national ;
  • lors des évènements de haut niveau des Sommets annuels d’Action pour le Climat pendant les  COP  Climat  (en  collaboration  avec  le  Global  Ocean  Forum,  la  COI-­‐ UNESCO, les présidences des COP et autres acteurs impliqués).

Proposition d’indicateurs :

  • Intégration de l’océan dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris ;
  • Intégration de l’océan dans la révision des Contributions Prévues Déterminées au niveau National (CPDN) (nombre de CPDN, adéquation avec les engagements …) ;
  • Intégration de l’océan dans les rapports des Championnes du climat, des « Summary for policy maker », et dans la stratégie bas carbone à 2050 ;
  • Intégration de l’océan dans les évènements de haut niveau pendant les COP

Auprès des organisations internationales :

(Auprès des organisations internationales, il s’agira de porter surtout les engagements concernant les stratégies, le transfert de capacité et le financement).

·       Au sein des Nations unies :

  • Objectifs de Développement Durable ;
  • Comité préparatoire à l’élaboration d’un instrument juridique sur la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité marine des zones situées au-­‐delà des juridictions nationales ;
  • Convention des Nations unies sur le Droit de la Mer ou Convention de Montego bay ;
  • Convention sur la Diversité
  • au sein des agences des Nations unies (FAO) et de ses programmes (PNUE) et d’agences spécialisées comme l’Organisation maritime internationale ;
  • au sein d’organisation internationales spécialisées comme l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) ;
  • au sein du GIEC : suivi du rapport spécial relatif au Changement climatique, océans et cryosphère.-­ Proposition d’indicateurs :
  •  Intégration de la problématique océan, littoral et climat dans les ODD et développement de financement dirigé vers cette thématique ;
  • Intégration des enjeux océan et climat dans les négociations au sein  du  Comité  préparatoire à l’élaboration d’un instrument juridique sur la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité marine des zones situées au-­‐delà des juridictions nationales ;
  • Intégration des enjeux océan et climat au sein de la Convention sur la diversité biologique (CDB) ;
  • Intégration des enjeux océan et climat au sein de la FAO et du PNUE et autres agences en lien avec le transport maritime, les migrations ;
  • Intégration des engagements de la coalition dans le rapport spécial relatif au Changement climatique, océans et cryosphère du

Auprès des États et des collectivités :

·       au sein des États via les Contributions Prévues Déterminées au niveau National (CPDN) et les politiques régionales (en coordination avec Because the Ocean) ;

·       au sein des collectivités.

-­ Proposition d’indicateurs :

–      Intégration de l’océan dans les stratégies des États et des collectivités.