Adaptation - Résilience
Agriculture - Alimentation
Financements climat
Forêts - Usage des sols
Océans - Littoral
Transition de l'économie (filières durables, économie circulaire, déchêts)

Conférence en ligne GLF Biodiversity : One World – One Health

La conférence en ligne sur la biodiversité du GLF rassemblera des acteurs de divers secteurs et milieux afin de partager collectivement des solutions aux problèmes mondiaux actuels liés à la biodiversité, à la restauration des écosystèmes et à la santé publique.

mercredi 28 octobrejeudi 29 octobre
En ligne

La conférence en ligne GLF Biodiversity : One World – One Health du 28 au 29 octobre 2020

Cet événement virtuel se déroulera en ligne les 28 et 29 octobre et organisera de nombreuses sessions autour des thèmes suivants

  • Définir l’agenda post-2020 pour la biodiversité et la restauration des écosystèmes
  • Restaurer la biodiversité et les écosystèmes en adoptant une approche holistique des paysages terrestres et marins
  • Diversité bio-culturelle – apprendre des peuples autochtones et des communautés locales
  • Financement de la biodiversité pour des paysages sains et des chaînes de valeur durables
  • L’agrobiodiversité pour des systèmes alimentaires résilients
  • Des solutions basées sur la nature pour une économie circulaire

Contexte

« La diversité et l’abondance même de la vie sur Terre sous-tendent les services vitaux que les systèmes naturels fournissent aux humains : fourniture de moyens de subsistance, régulation de l’eau, dispersion des semences, pollinisation, eau propre, qualité des sols, qualité de l’air, valeurs culturelles, etc. Le monde naturel fournit une valeur totale de 125 000 milliards de dollars par an en services gratuits et en soutien aux économies, soit près de deux fois le produit intérieur brut (PIB) mondial. Cependant, environ un million d’espèces végétales et animales sont aujourd’hui menacées d’extinction, avec des taux d’extinction estimés à 1 000 fois plus élevés que ce que l’on pensait à l’origine ; les systèmes de survie de la planète atteignent ou dépassent leurs seuils. La transformation par l’homme des paysages naturels de la Terre entraîne une perte de biodiversité, parallèlement à la dégradation des sols, à la perte d’habitats, à la pollution atmosphérique, au changement climatique et à l’émergence de pandémies zoonotiques telles que le SRAS et la crise COVID-19 actuelle, qui n’est pas seulement une crise sanitaire, mais aussi une crise économique, sociale et environnementale. En tant que telle, elle ne peut être traitée de manière isolée. Mais il n’est pas trop tard. La lutte contre la COVID-19 et les plans visant à reconstruire en mieux après que le monde ait passé le pic de la crise nécessiteront une coopération dans tous les domaines, une « approche de la société dans son ensemble » qui mobilise également la science et les entreprises, une approche qui reconnaît le lien entre les écosystèmes, la santé humaine et la croissance économique. 

Les écosystèmes dégradés peuvent être restaurés et offrent une multitude de possibilités pour infléchir la courbe. En guise de réponse, l’Assemblée générale des Nations unies a déclaré la période 2021-2030 « Décennie de la restauration des écosystèmes », qui appelle la communauté internationale, la société civile, les entreprises et les particuliers à prévenir, arrêter et inverser la dégradation des écosystèmes dans le monde entier et à parvenir à une restauration transformationnelle des écosystèmes.

L’ambition est de restaurer au moins 350 millions d’hectares de paysages dégradés d’ici 2030. Avec des initiatives mondiales et régionales telles que le défi de Bonn, l’initiative AFR100 en Afrique, l’initiative 20×20 en Amérique latine, la déclaration de New York sur les forêts, la décennie des Nations unies pour l’agriculture familiale 2018 et d’autres, la restauration des paysages biodiversifiés est de plus en plus au centre du programme mondial de développement. Parallèlement, les Nations unies élaborent également le cadre mondial pour la biodiversité post-2020, qui s’appuiera sur le plan stratégique pour la biodiversité 2011-2020, remplacera ses objectifs d’Aichi et guidera les efforts mondiaux visant à conserver la diversité des formes de vie sur Terre, en garantissant leur utilisation durable et le partage équitable de leurs bénéfices. Le cadre définira un plan ambitieux pour mettre en œuvre une action de grande envergure visant à transformer la relation de la société avec la biodiversité afin de garantir que, d’ici 2050, une relation plus harmonieuse soit établie ».

Texte orginal ici

Suivez GLF Biodiversity sur les réseaux sociaux !