Cameroun
Adaptation - Résilience
Agriculture - Alimentation
Coopération internationale
Eau
Education - Formation climat
Forêts - Usage des sols
Gouvernance multi-niveaux
Habitat - Construction durable
Océans - Littoral
Transition de l'économie (filières durables, économie circulaire, déchêts)

Le lycée de Logpom2 à l’école de l’urgence climatique et de la sauvegarde de l’environnement

Le RAEDD s’est fixé à la COP 22 avec l’objectif d’améliorer les connaissances sur les changements climatiques de ses membres et de vulgariser les connaissances acquises au Cameroun. Il s’est agi aussi de faire partager les expériences de l’association dans la mise en œuvre de l’éducation au développement durable (EDD) au Cameroun.

Une initiative de Réseau Africain pour l'Education au Développement Durable

Présentation de l'initiative

Le projet ‘’Le lycée bilingue de Logpom2 à l’école de l’urgence climatique et de la sauvegarde de l’environnement’’ relève d’un engagement citoyen ferme de la cheffe de cet établissement d’inscrire son établissement dans une perspective d’éducation au développement durable. A cet effet, le Réseau Africain pour l’Education au Développement Durable -RAEDD- dont l’expertise est établie dans le domaine traduit cette volonté en initiative afin que le lycée bilingue de Logpom devienne pionnier dans cette démarche. Mais il faut souligner que le RAEDD, depuis des années, invite les chefs d’établissements scolaires à s’arrimer à la durabilité compte tenu des engagements pris par le Cameroun lors de la COP21 à Paris de réduire les émissions de CO2 de 32 pour cent à l’horizon 2035. Tout en martelant que ces engagements ne peuvent être atteints que par l’EDD. Seulement, les chefs d’établissement sont restés sourds à cet appel.

Aussi le RAEDD, dans le déroulé du projet-programme, a-t-il commencé par des consultations en amont qui devaient permettre de sensibiliser tous les acteurs afin d’obtenir leur adhésion massive au projet. Ces consultations consistaient dans un sondage au travers des échanges avec les enseignants et les élèves pour savoir s’ils avaient déjà entendu parler de DD et d’EDD. Dans la plupart des cas, la réponse a été négative; pourtant quelques années auparavant, ce lycée avait élaboré son agenda21 scolaire, lors de notre formation. A suivi la séance de présentation du projet sur Power Point. Cette étape a permis aux uns et aux autres d’appréhender les notions de DD et d’EDD. C’était une séance de travail fructueuse qui a abouti à la désignation d’un point focal du projet et de son adjoint, deux jeunes enseignants en fait. Tout était parti sous les chapeaux de roues. Deux jours plus tard était signée la déclaration de durabilité que Madame la proviseure avait demandé de préparer. Il s’agit d’un document attestant la volonté manifeste de l’école de s’engager dans la voie du DD et de l’EDD. Une séance de travail spéciale eut lieu entre le RAEDD, Madame la proviseure et les deux points focaux pour définir les responsabilités de chacun. Madame la proviseure était chargée du suivi des activités du projet et de leur évaluation, de même que certains membres du RAEDD. Les points focaux étaient chargés de veiller à la mobilisation des enseignants et des apprenants désireux d’y participer activement, lesquels devaient démultiplier le projet auprès de leurs camarades. La présence massive à ces ateliers témoigne de l’enthousiasme des enseignants mais surtout des élèves. Pour ce faire, dans l’agenda préconisé par le RAEDD pour l’atteinte de l’objectif global noble de l’EDD par le LYBILOG2, figure la mise en œuvre d’un programme-packages qui va de l’éducation au climat, à l’environnement qui comprend la lutte contre la pollution et la valorisation des déchets organiques et plastiques, bref à la lutte contre les CC qui est fille de la citoyenneté planétaire afin que le LYBILOG2 devienne une école verte et durable à brève échéance. Tout cela suppose l’acquisition de compétences dont le savoir-être, le savoir-faire et d’autres connaissances sur la durabilité. Mais pour y arriver, le lycée peut et doit mettre le cap vers une décision qui semble souvent difficile à prendre : mettre en place ‘’un lycée plastic free’’, c.-à-d. sans déchets plastiques.

Objectif

L’objectif global est que le lycée bilingue de Logpom2, notamment son personnel scolaire, s’approprie le DD afin que tous enseignent leurs disciplines en en tenant compte, ce dans une perspective APC et partant EDD, afin que les élèves soient dotés de savoir-faire et compétences leur permettant de participer au développement du pays.

Niveau de réalisation

Mise en oeuvre

Dates du projet

15/10/2019 - 31/05/2021

Résultats quantitatifs

Etant donné qu’il s’agit d’un lycée bilingue, en termes d’effectifs, il compte 3800 élèves. Quelques 300 élèves étant directement impliqués dans le projet-programme et faisant partie de la police environnementale du lycée, ceux-ci sont chargés de démultiplier les objectifs de celui-ci auprès de leurs camarades. Le nombre d’enseignants titulaires s’élève à 180; les enseignants vacataires s’élèvent à 20. Au final, toute la communauté éducative de ce lycée est touchée puisque les enfants font part du projet à leurs parents à la maison. Sans oublier la municipalité et les riverains. Au bas mot, plus de 10000 personnes sont touchées par le projet.

Résultats qualitatifs

Ce vaste projet-programme a atteint des résultats suivants:

  1. Le projet-programme a été présenté sur Power-Point aux enseignants, ensuite aux élèves pour requérir leur adhésion, ce après un petit sondage fait en amont lequel consistait à savoir si les uns et les autres avaient déjà entendu parler du DD.
  2. A l’issue de la présentation du projet, deux points focaux ont été désignés à l’unanimité.
  3. Leur feuille de route leur a été donnée après un petit conclave dans le bureau de madame la proviseure.
  4. Madame la proviseure a été chargée du suivi-évaluation du projet.
  5. S’est ensuivie la mise sur pied d’une police environnementale chargée de la veille environnementale.
  6. L’organisation hebdomadaire des écojoggings pour sensibiliser à la protection de l’environnement par le rejet des emballages plastiques à usage unique.
  7. L’acquisition d’un écobin pour dépôt de déchets plastiques qu’une micro-entreprise de la place enlève selon un calendrier bien défini.
  8. Un système général de gestion des déchets papiers est mis en place.
  9. Une demande de partenariat est adressée à l’unique entreprise chargée de l’hygiène et salubrité en vue de la dotation du lycée des bacs à déchets organiques.
  10. Les activités de travail manuel dans la prise en compte des programmes et des modules de formation ont été instituées.
  11. L’institution de la minute de développement durable lors de la cérémonie de levée des couleurs tous les lundis matin.
  12. L’information/sensibilisation au DD/ODD lors de la réunion de coordination de l’administration du lycée.
  13. L’information/sensibilisation au DD/ODD des personnels lors des assemblées générales.
  14. L’information/sensibilisation au DD/ODD) lors des assemblées générales de l’association des parents d’élèves et enseignants.
  15. La formation des écoboulangers aux normes de propreté et de salubrité requises par la durabilité, avec à la clef une remise d’attestation.
  16. L’organisation –au début- d’ateliers de travail bimensuels avec les personnels scolaires en vue de renforcer leurs capacités afin qu’ils enseignent le DD avec une efficacité accrue.
  17. Le suivi-évaluation du projet avec possibilité de réajustement en vue de l’atteinte des objectifs fixés, ce de manière mesurable.
  18. La reddition des comptes sur le déroulement du projet par des réunions élargies à tous les acteurs ou bénéficiaires.
  19. La production d’au moins un rapport à mi-parcours avant le rapport final sanctionnant la fin du projet.
  20. Un rapport final est en rédaction.
  21. Une équipe de veille est constituée pour assurer la pérennité du projet.
Financement

Le projet a été essentiellement financé par le lycée bénéficiaire. Il a été financé à hauteur de 2500 euros, soit autour de 1800000frs.

A propos
de l'organisation

Réseau Africain pour l'Education au Développement Durable

Site web
Daniel Manguele
Secrétaire général
mangueledaniel@yahoo.fr
699460524

Le Réseau Africain pour l’Education au Développement Durable –RAEDD- est une association rompue dans les problématiques de développement durable et surtout d’éducation au développement. Elle mène des activités d’EDD depuis près d’une décennie, ce avant qu’elle soit reconnue par récépissé de déclaration sous-préfectoral en 2015 et récemment encore par récépissé préfectoral n.326/2019/RDA/C19/SAAJP de la préfecture du Wouri, du 19/08/2019. Les membres du RAEDD se recrutent principalement parmi des enseignants qui, après leur Master en EDD, ont décidé de se constituer association. Son fort engagement pour les questions d’EDD, d’éducation à l’environnement, de lutte contre les CC, bref de DD. lui permet aujourd’hui encore de rester un interlocuteur valable en matière de DD et d’EDD. Le RAEDD a un fort potentiel partenarial au niveau national constitué de la communauté urbaine de Douala devenue supermairie, du Ministère de l’environnement, de la protection de la nature et du développement durable. Il fait partie du comité national de suivi de l’agenda 2030 sur l’EDD, il est membre de la stratégie nationale de développement durable, etc. A l’international, il est partenaire de l’alliance pour l’éducation et la citoyenneté planétaire –AECP- basée en France, de l’association Climate chance, basée en France, de l’université de Clermont-Auvergne, basée en France. Il a déjà mené plusieurs projets avec maestria aussi bien au niveau national qu’international. Au niveau national et international, la célébration locale de la fin de la décennie de l’éducation au développement durable en 2015, la participation à la conférence des parties au Maroc en 2016 –COP22-, ce avec le projet ‘’Les personnels scolaires de Douala à l’école des changements climatiques’’. Ses autres participations à des sommets internationaux n’en sont pas moins importantes : atelier subsaharien de Nairobi sur l’EDD, 2017 ; COP 24 à Berlin, 2018 ; sommet Climate chance d’Agadir, 2017 ; sommet Climate chance d’Abidjan, 2018 ; sommet Climate chance d’Accra, 2019. Avec l’AECP, il conduit le projet appelé ”Les Interconnectés” qui a cours en ce moment. Ce projet consiste dans les échanges épistolaires entre le Nord et le Sud sur l’environnement et les changement climatiques. Il implique surtout les apprenants qui font part l’un à l’autre de leurs expériences respectives en matière de protection de l’environnement et de lutte contre les changements climatiques, ce sous la coordination des points focaux. Avec l’université de Clermont-Auvergne, il participe activement au projet FECODD-entendez Formation, éducation, compétences et objectifs de DD. Ce projet est coordonné par Dr Didier Mulnet. Auparavant, le RAEDD a mené le projet ZEBTVODD consistant dans le montage de capsules pour la formation en distanciel. A cet effet, le RAEDD avait proposé quatre capsules. Depuis quelques années, il fait partie de la coalition Education et formation au CC à Climate chance où il est considéré comme organisation tète de file.
L’avant dernier projet mené a eu lieu en 2018 intitulé ‘’Le développement durable, socle des villes et communautés apprenantes, des engagements aux actions concrètes’’, ce sous le parrainage du bureau sous-régional de l’UNESCO Afrique centrale, etc. Un de nos derniers projets a été retenu comme exemple à suivre au sommet africain sur le climat organisé par Climate chance, lequel sommet s’est tenu du 16 au 18 octobre 2019 au Ghana. Ce projet est logé sur le site de cette association, sans oublier les autres initiatives inscrites dans sa cartographie. Le dernier projet en date qui se boucle le 31 mai 2021 est intitulé : Le lycée bilingue de Logpom2 à l’école de l’urgence climatique et de la sauvegarde de l’environnement.
Pourquoi le RAEDD se veut-il partie prenante de cette éducation ?
C’est en vertu de plusieurs textes de lois dont la loi n-98/004 du 14 avril 1998 d’orientation de l’éducation au Cameroun qui relève, en son article 11, alinéa 01, en matière de décentralisation, que l’Etat assure l’élaboration et la mise en œuvre de la politique de l’éducation à laquelle concourent les collectivités territoriales décentralisées, les familles ainsi que les institutions publiques et privées. Le RAEDD fait partie de ces institutions privées.
En fin de compte, il s’agit d’un projet multidimensionnel, alliant l’EDD proprement dite à la valorisation des déchets organiques issus du lycée et du domicile des parents d’élèves. Ce qui permet aux apprenants d’acquérir des compétences dont ils ont besoin pour assainir l’environnement et participer à l’atténuation de la pollution et par conséquent des changements climatiques.

Retrouvez les sur
Un projet
en collaboration
  • Family Green Corporation -FGC

    Organisation de la société civile ou acteur non étatique

    Marcel Cronos
    655519775
Autres partenaires / soutiens

Le délégué régional du ministère de l’environnement, de la protection de la nature et du développement durable pour un appui moral. Mais aussi un appui moral tacite du ministère des enseignements secondaires en raison de sa ligne éditoriale actuelle tournée vers l’éducation au DD.