Bénin
Adaptation - Résilience
Agriculture - Alimentation
Eau
Education - Formation climat
Mobilité - Transport durable
Océans - Littoral
Planification - Aménagement des territoires - Villes durables
Transition de l'économie (filières durables, économie circulaire, déchêts)

Poumon vert Attractif sur le Marécage de Fifadji (PAMFi)

AGIR est un creuset d’échange et d’action au service du vivant et de l'environnement qui les héberge. Sa mission depuis 2014 sa date de création est de permettre à la science d'être au service des citoyens afin que la Nature puisse reprendre ses droits.

Une initiative de Association de Gestion Intégrée des Ressources (AGIR)

Présentation de l'initiative

La ville de Cotonou dans la zone côtière du Bénin en Afrique de l’Ouest, est caractérisée par une diversité de marécages qui viennent rompre la monotonie du paysage urbain. Ces marécages sont des écosystèmes très productifs qui jouissent d’un potentiel écotouristique non négligeable pour construire des villes durables. Cependant, les projets d’urbanisation s’intéressent peu aux atouts naturels des marécages urbains alors que l’urbanisation anarchique et l’inévitable explosion démographique les exposent quotidiennement à l’insalubrité, au comblement et à la disparition. De plus, ces projets n’impliquent pas les communautés malgré l’émergence des sciences citoyennes dans le monde. La mobilisation a été faite pour :

(1) organiser de façon participative la mise en place des infrastructures de valorisation du potentiel éco touristique du site.

(2) dépolluer le marécage et mettre en place un système de gestion intégrée des déchets et (méthanisation et compostage) et des toilettes écologiques accessibles à tous.

(3) aménager une promenade sur 5 km de parcours sportif, pédagogique et culturel avec un système de passerelle intégrant harmonieusement des espèces de plantes d’intérêt patrimonial.

(4) développer un circuit éco touristique sur eau qui protège l’habitat naturel des poules d’eau (îlots de Typha ou massettes), de production halieutique en cages flottantes et de promotion des produits du terroir.

(5) aménager des aires de repos, de loisirs et de détente (bibliothèque sur eau avec des pamphlets sur la biodiversité urbaine) sur des quais flottants pour soustraire le marécage de la primitivité.

Objectif

Mobiliser les citoyens pour faire du marécage de Fifadji à Cotonou, un poumon vert attractif, écoculturel et pédagogique.

Niveau de réalisation

Mise en réseau, internationalisation

Dates du projet

21/09/2017 "Projet en cours"

Résultats quantitatifs
  • 400 mètre carrés du plan d’eau ont été soustraits des immondices et constituent un point d’attraction pour les citoyens de Cotonou.
  • Le premier quai écocitoyen a été construit avec l’engagement citoyen pour opérationnaliser la phase pilote expérimentale.
  • Le milieu d’étude a été investi et la publication des résultats est en cours.
  • L’état des lieux montre que le marécage de Fifadji alimente le complexe lac Nokoué et chenal de Cotonou qui appartient à l’extension du site RAMSAR_EST_1018.
  • Le marécage stocke et évacue les eaux pluviales dans 6 sur 13 arrondissements évitant les inondations dans plusieurs habitations.
  • C’est également l’un des derniers refuges de biodiversité qui s’étend sur 40 hectares de zones non constructibles dans Cotonou; la grande métropole où se joue actuellement l’avenir de toute la nation béninoise. Vingt-quatre espèces végétales rangées en 15 familles dont Sarcocephalus pobeguinii inféodée à la vallée de l’Ouémé ont été recensées. La faune associée est composée de Porphyrio alleni, Gallinula chloropus meridionalis, Varanus niloticus, Crocodylus niloticus, tortues d’eau douce, crapauds, ophidiens, crabes, poissons Clarias sp, Heterobranchus sp,, Sarotherodon et d’une diversité aviaire saisonnière de martin-pêcheur, pique-bœuf, tourterelles, petite-échasse.
Résultats qualitatifs
  • L’intérêt participatif met en exergue le désir d’aménagement des citadins dans une ville marquée par l’inexistence de site attractif.
  • Des écoles ont contribuées à l’harmonisation et au renforcement. La mobilisation des citoyens ont permis de développer une nouvelle forme d’engagement et d’identifier des partenaires techniques (experts, techniciens, ouvriers dans chacune des unités) clés avec des résultats bien au-delà de l’envisageable. Avec ces premiers résultats, les citoyens contributeurs ont pris leur destin en main et sont devenus des experts de leur propre environnement grâce à leur implication.
Financement

1 - Mobilisation citoyenne et demande de participation financière citoyenne sur les réseaux sociaux (Facebook et WhatsApp).
2 - Contribution de AGIR à hauteur de 96% prélevée sur les cotisations des membres depuis 2014.

Suivre ce projet sur
A propos
de l'organisation

Association de Gestion Intégrée des Ressources (AGIR)

Site web
HOUNGNON Alfred
Chercheur Indépendant, Président
alfred.houngnon@gmail.com
+22961077019

AGIR est un creuset d’échange et d’action au service du vivant et de l’environnement qui les héberge. Sa mission depuis 2014 sa date de création est de permettre à la science d’être au service des citoyens afin que la Nature puisse reprendre ses droits tout en jouant son rôle nourricier pour les communautés de vie. Pour cela, AGIR mobilise les citoyens et leur intelligence pour mener l’inventaire des richesses naturelles (plantes, eau, vivants et autres), leur restauration et leur valorisation dans les terroirs auxquels ces ressources sont inféodées. Après identification des ressources, AGIR attire l’attention des citoyens sur leurs rôles dans le patrimoine naturel et leur potentialité pour l’émergence de la question environnementale face aux défis des changements climatiques. Depuis 2014, plus de 300 ruraux et plus de 1100 urbains ont été mobilisés autour des activités de conservation, de restauration de l’habitat naturel et de valorisation patrimoine local. Des plantes locales à distribution restreinte, menacées et parfois peu connues qui présentent une belle architecture pour le paysage avec un intérêt patrimonial majeur au Bénin. Elles ont été reproduites avec des méthodes de multiplication végétatives à faible coût afin d’être intégrées dans le paysage urbain. Un projet éco-citoyen d’aménagement à but pédagogique et écotouristique est en cours de développement à Cotonou dans la plus grande métropole de convergence sur le corridor Ouest Africain. Ce projet aura pour mérite de créer à Cotonou, un pôle attractif, de productivité et d’emplois verts dans une ville encore dépourvue de site attractifs.

Retrouvez les sur
Autres partenaires / soutiens

1- François Romazzotti (Citoyen français résident à Saint Gély à Montpellier) 2- Emmanuelle Van Corven (Citoyenne française résidente à Saint Gély à Montpellier) 3- Balbina Baro (Citoyenne française résidente à Saint Gély à Montpellier) 4 – Angel Argiles (Citoyen français résident à Saint Gély à Montpellier) 5 – Sylvie Blangy (Chercheure Française au Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive du Centre National de Recherche Scientifique à Montpellier)